Carnet de voyage : La Norvège en auto-stop

trolltunga

L’été dernier j’avais donc décidé de partir visiter la Norvège durant presque 3 semaines avec pour seul compagnon mon sac à dos. Encore une fois je n’avais noté que grossièrement les lieux à visiter et mon itinéraire restait assez flou. Je n’avais que le billet d’avion aller-retour jusqu’à Oslo.

L’idée était de partir d’Oslo, de rejoindre la côte ouest du pays en visitant les fjords et en remontant au Nord afin d’atteindre les iles Lofoten dans le cercle polaire, le tout en auto-stop et en camping sauvage.

Info utile : Le camping sauvage en Norvège

Le camping sauvage est autorisé et parfaitement accepté partout dans le pays. Cependant la seule règle à respecter est de ne pas bivouaquer à moins de 150 mètres d’une habitation.

Ce qui est assez simple vu l’étendu de nature et le peu d’habitations en Norvège.

Et bien entendu l’autre règle implicite est de respecter l’environnement.

camping sauvage

camping sauvage au bord d’une falaise

Info utile II : L’auto-stop en Norvège.

J’ai lu beaucoup sur l’auto-stop en Norvège avant de partir, et beaucoup de gens disaient avoir eu du mal à trouver des voitures pour les prendre et que les Norvégiens n’étaient pas gentils.

Pour ma part je dois dire que je m’en suis bien tiré, je n’ai en moyenne pas attendu plus de 20 minutes pour trouver des lifts … même dans des endroits plus que perdus (c’est comme de perdre du pain perdu, c’est plus que perdu).

Cependant il faut prendre en compte que je voyageais seul et que j’étais en plein période touristique, beaucoup de mes lifts étaient donc des touristes, parfois des touristes norvégiens, mais cela reste probablement en partie grâce à ça que j’ai pu voyager aussi bien

Pour le reste je reviendrai sur les conseils en autostop dans un autre article

Me voici donc arrivé à Oslo, vous pouvez retrouvez ma visite d’Oslo dans mon article à part, le vendredi soir.

Deuxième jour

Dès le lendemain, je prends le train pour me retrouver 9h plus tard au bord de la mer à Stavanger.

Certains diront que j’ai perdu une journée à rien faire, Or j’ai passé 9h principalement à découvrir les paysages de Norvège en me rapprochant petit à petit des Fjords découpés de la côte

Dans le train

Dans le train

A Stavanger ma première étape avant de poser ma tente est de rejoindre, un point très précis faisant bouillir mes pseudos origines Viking – Sverd I Fjell, littéralement trois épées en bronze de 10 mètres de haut plantées dans le sol … un monument de Viking au pays des Vikings.

Sverd I Fjell

Sverd I Fjell

Info utile : C’est le monument qui commémore la bataille de Hafrsfjord où le roi Harald a remporté sa dernière victoire et unifia la Norvège en 872. Les trois épées symbolisent les trois rois qui se sont combattu et sont un symbole de paix, les épées étant plantées dans le sol pour ne plus être utilisées.

Troisième jour

Le lendemain j’attrape le Ferry de Stavanger à Tau pour ensuite rejoindre plus au sud le début de ma première balade dans les montagnes.

Preikestolen

Preikestolen

Preikestolen est une falaise qui culmine à 604 mètres au-dessus du Lysefjorden, la balade demande pas moins de 4h aller-retour entre les rochers. Il est fortement conseillé d’être bien équipé, d’avoir de l’eau et à manger. Il est aussi fortement déconseillé de s’engager sur le chemin par temps humide ou brumeux, le chemin peut être très vite glissant et il est possible de se perdre à plusieurs reprises.

Preikestolen

Preikestolen

Info utile : Preikestolen est l’un des monuments naturels le plus visité de Norvège, plus de 200 000 personnes s’y rendent chaque année.

En comparaison la Tour Eiffel attire plus de 13.6 millions de visiteurs par an … mais 200 000 personnes pour un caillou, c’est déjà beaucoup.

Direction le sud pour prendre le ferry jusque Lysebotn à travers le Lysefjorden (et en passant au pied du Preikestolen). Lysebotn est un village uniquement touristique (seules quelques personnes y vivent réellement), en effet il n’y a de soleil que pendant 4 mois de l’année en raison de sa localisation dans le fond du Fjord. On y passe surtout pour y dormir avant de rejoindre la montagne Kjerag, destination prisée des marcheurs et des BASE jumpers, et plus spécifiquement pour un point précis : le Kjeragbolten.

camping sauvage

Camping à Kjerag au bord de la falaise

Afin de gagner du temps, je monte directement au départ de la balade et je pose ma tente au bord de la falaise … un des plus bel endroit où j’ai dormi.

Quatrième jour

Kjerag

levé du soleil sur Kjerag

Levé à 6h du matin afin d’être le premier arrivé, je ne prends que de l’eau et des biscuits et je laisse ma tente à l’endroit où j’ai dormi, il a peu de risque que quiconque vienne y jeter un œil. La balade prend 5 à 6 heures, parfois à certains endroits très escarpés, parfois sur de grand plateau rocailleux, je n’ai pas le temps de m’ennuyer ou de me sentir seul tellement les paysages sont beaux. J’ai même la chance de voir de la neige !

Le chemin n’est pas vraiment balisé, il faut suivre les T rouges sur les rochers pour s’y retrouver et finalement tomber sur le rocher tant recherché.

kjerag

Kjerag

Etant arrivé très tôt, j’ai la possibilité de prendre mon temps pour faire des photos et après beaucoup d’essais au retardateur, je finis par avoir quelque chose d’assez satisfaisant et inattendu …

Kjeragbolten

Kjeragbolten – même pas peur

Info utile : le Kjeragbolten est bien fixé entre deux parois et ne risque pas de bouger de sitôt, il est accessible sans équipement en contournant le rocher sur le côté, il est cependant suspendu au-dessus d’un trou de 984 mètres.

Du à son énorme popularité, des files de touristes se forment pour pouvoir prendre une photo et cela peut apparemment donner des temps d’attente de plus une heure …. Un conseil, partez très tôt afin d’être tranquille !

Encore une fois à éviter quand il pleut !

Après être redescendu à Lysebotn, je dois attendre le ferry les pieds dans l’eau (et je choppe aussi un énorme coup de soleil en m’endormant sur la plage). A partir de là le reste de la journée a été simple … rejoindre Odda 200 Km plus au nord afin de commencer la prochaine balade le plus tôt possible.

Huit lifts plus tard, il ne me reste que 20 kilomètres à parcourir et il est 22heures … seulement si je pose ma tente ici, je serai très en retard pour commencer la journée.

lysebotn fjord

lysebotnfjorden

Heureusement je suis sauvé par Anne, une jeune norvégienne qui promène son chien en voiture. Après avoir bien sympathisé et une fois arrivé à Odda, elle me propose de me déposer directement au pied de la balade à 7km de là, je ne peux pas mieux espérer.

La raison pour laquelle je me suis autant dépêché est que la balade en question est Trolltunga, une balade de 9-10h dans la montagne. Très populaire, elle attire beaucoup de randonneurs et bien que ça ne fasse probablement qu’une centaine de personnes par jour, c’est toujours plus agréable de partir tôt et de profiter du silence et du calme.

Cinquième jour

Je suis debout à 7h du matin, encore une fois en laissant ma tente sur place. Je ne suis d’ailleurs pas le seul à le faire, une petite clairière regroupe plusieurs tentes et je vois d’autres personnes partir comme moi en laissant leurs affaires derrière eux.

Escalier trolltunga

La montée pour Trolltunga

La première partie consiste à grimper la montagne, soit par un escalier en bois soit par un chemin dans la forêt, L’escalier en bois étant fermé et signalé comme dangereux, le choix est vite fait.

Une heure plus tard j’arrive sur le premier plateau et croise plusieurs tentes, certains ont eu la bonne idée de faire la balade en deux parties afin d’arriver encore plus tôt au bout.

Il me faut 4h en tout afin de rejoindre Trolltunga, traduire par : la langue de troll, un rocher situé en surplomb à plusieurs centaines de mètres de hauteur.

Rien que pour ça la balade vaut le détour, mais ajoutez à ça, des falaises le long du Fjord, des chemins entre des petits lacs en pleine montagne et le calme complet, la balade est un paradis pour les amateurs de marche et de grand air.

Sur place le rocher a déjà attiré beaucoup de monde, une vingtaine de personnes sont déjà là et il n’était que 11h.

Ca a aussi ces avantages,  je peux demander à un touriste de prendre quelques photos de moi sur le rocher ce qui facilite la tâche plutôt que d’utiliser le retardateur au bord d’un précipice

trolltunga

Trolltunga

Info utile : la falaise fut formée au cours de la dernière période glaciaire il y a environ 10000 ans. Quand les bords du glacier atteignaient la falaise, l’eau des glaciers gela dans les crevasses qui finirent par casser en large rocher angulaires.

Au retour je croise de plus en plus de monde sur le chemin et je décide de m’éloigner du chemin principal pour longer directement les falaises, ce qui rallonge mon trajet de 1h mais qui me permet d’être plus tranquille

A 17h je reprends le stop afin de continuer mon avancée vers le nord et vers la première grosse ville de la côte : Bergen

Sixième jour

Jusque-là je n’ai presque pas eu de pluie et plein soleil, beaucoup de Norvégiens me disent que c’est le plus bel été depuis plus de 100 ans. Mais une fois arrivé à Bergen le temps commence à redevenir plus normal et il se met à pleuvoir.

Bergen

Bergen

Bergen est la deuxième plus grosse ville de Norvège après Oslo, bien que quand on est dans la ville, on a l’impression d’être dans un village.

Les anciens quais, Bryggen, classé au patrimoine de l’UNESCO, consiste en un quartier de bâtiments en bois accueillant aujourd’hui des boutiques typiquement Norvégiennes ainsi que des restaurants et des bars.

bryggen

bryggen

A quelques pas de là se trouve le très animé marché aux poissons aux prix exorbitant, des assiettes de crustacés sont parfois vendues à plus de 40 euros mais rien que pour l’odeur, s’y balader est un plaisir.

Marché au poisson de Bergen

Marché au poisson de Bergen

Du haut de la colline se trouve un point de vue recommandé par beaucoup de guide et par l’office du tourisme, accessible soit par funiculaire, payant, soit à pied.

Le temps devenant vraiment horrible, je préfère simplement me balader dans la ville avant de reprendre ma route

A la sortie de la ville j’attrape un lift qui me conduit vers ma prochaine destination, Voss

Beaucoup de balades, tours et treks sont organisés dans les environs, dont le « Norway in a nutshell », les prix variant très fort et les expériences aussi, l’office du tourisme de Bergen est probablement le meilleur endroit pour décider de quoi choisir.

Personnellement, j’opte pour la version « on verra bien », pas cher et mouillée.

Voss

Voss

Arrivé à Voss, la ville de départ de la plupart des tours, je pose ma tente au bord de la rivière et espère trouver un lift rapidement le lendemain.

Septième jour

DSCF3689Entre Voss et Gudvagen, deux routes sont possibles, par la voie rapide ou par l’ancienne route de montagnes, bien que celle-ci ne soit que sur une petite partie, elle offre une magnifique vue sur le fjord, sur quelques cascades et sur la possibilité de plusieurs balades (et aussi sur une pierre tombale de 3 mètres de haut, pas mégalo le mec)

 Info utile : Inscrit au patrimoine mondiale de l’UNESCO, Nærøyfjorden est l’un des fjord le plus étroit de Norvège, d’où son nom, ce qui le rend particulièrement beau, et du coup très touristique, beaucoup de croisières y sont organisées.

Arrivé à Gudvagen et un arrêt au bord du Fjord, un viking me prend afin de traverser le tunnel sous la montagne, pour information, il est interdit de marcher dans les tunnels, ce qui peut être problématique pour le piéton quand il n’a pas d’autres choix et qu’il y a des tunnels un peu partout en Norvège …

DSCF3694

Toujours est-il que mon ami Viking, oui oui un viking, un vrai, un récent, mais un vrai, m’aborde et décide d’aider son frère viking, (non mais c’est lui qui l’a dit hein), et de me prendre.
Après avoir sympathisé il m’informe qu’il sera au Viking festival à Borg, dans les Lofoten, la semaine prochaine et me donne rendez-vous pour aller y boire une bière ensemble, ça tombe bien je compte justement me rendre dans les iles dans les prochains jours, j’évite juste de mentionner que je ne bois pas histoire de ne pas passer pour un viking en carton.

Nærøyfjorden

Nærøyfjorden

Après avoir traversé le tunnel, j’arrive à Flåm où se trouve une de principales attractions de l’endroit, la visite de la vallée.

3 possibilités s’offrent à moi, en train, à pied ou à vélo.

Le train est très connu, il fait l’aller-retour jusque Myrdal et permet d’avoir une vue sur toute la vallée tout en restant assis à son aise dans un beau train, sauf que vu que c’est prisé, les tickets partent vite et tout est complet quand j’arrive.

A pied l’aller-retour est beaucoup trop long, et je n’ai pas vraiment le temps.

Il me reste donc le vélo, selon le loueur, le champion local fait l’aller-retour en moins d’une heure … Comptez entre 4 ou 5 heures pour quelqu’un de normal, il me faudra plus ou moins 3 heures pour monter jusque Myrdal et 1 heure pour tout redescendre.

Je ne suis pas un grand cycliste et la montée me crève complétement. Les paysages sont magnifiques bien que la brume et la bruine soit pas mal présentent.

Je dois quand même m’arrêter plusieurs fois pour me reposer et je remplis au moins 3 fois ma bouteille d’eau aux sources sur le chemin.

La dernière partie particulièrement difficile pour moi mène en haut de la montagne au pied de Myrdal.

flam valley

Flam valley

Info utile : la ligne de train de Flåm fait 20 kilomètres de long et monte de 863 mêtres. Elle a été construite entre 1924 et 1940. C’est aujourd’hui principalement une ligne touristique et la troisième attraction la plus visitée de Norvège.

Après une bonne demi-heure de repos dans le village qui n’est en fait qu’une gare, trois maisons et un gite, je reprends mon vélo en mode tour de France pour me faire toute la route dans l’autre sens.

J’ai beau ne pas être un grand fan de vélo, ça donne beaucoup de sensation de se laisser aller à toute vitesse sur la route.

L’aller-retour en tout fait 40 kilomètres, de quoi vous tuer bien les jambes quand vous n’avez pas l’habitude.

Flam valley

Flam valley

De retour à Flåm, je récupère mon sac laissé au loueur de vélo et je marche le long du fjord jusqu’à trouver un coin pour poser ma tente.

Huitième jour

Le lendemain, je marche jusque Aurland où deux possibilités s’offrent à moi à nouveau, soit par l’ancienne route dans la montagne, soit par le voie rapide.

Encore une fois l’ancienne route offre une super vue sur le fjord, et c’est beaucoup plus agréable à voir … mais un peu plus difficile de trouver un lift.

Stegastein

point de vue de Stegastein

Je finis par être pris par deux dames qui visitent aussi le coin, et s’arrêtent pour prendre des photos à plusieurs endroits exactement là où je voulais.

Elles me déposent à Sogndal pour que je puisse continuer au nord afin de rejoindre la plus ancienne église Stave du pays à Urnes datant de 1130. Après un lift, une petite heure de marche et un ferry, je découvre cette église au bord du fjord, digne d’un paysage de film de viking !

Je découvre aussi la joie des fraises sauvages ainsi que des framboises et des mûres, j’évite cependant de m’en faire une bassine histoire de pas chopper la chiasse.

Urnes Statekirk

Statekirk de Urnes

Info utile : inscrit au patrimoine de l’Unesco en 1979, la Stavekirke de Urnes est la plus ancienne parmi les 28 autres subsistant en Norvège.

De retour à Sogndal, je suis pris par un local du coin qui me fera part de ses idées sur le monde et la religion et me parlera de son enfance dans le coin.

Vu que je suis intéressé parce qu’il raconte il me propose de faire un léger détour par le glacier de Josteldalsbreen. Il m’explique que dans sa jeunesse le glacier descendait beaucoup plus bas et chaque année le glacier fond de plus en plus.

Josteldalsbreen

Josteldalsbreen

Il me file aussi deux saucisses et des cacahuètes pour continuer mon chemin …

Arrivé au bord du Nordfjord, qui porte ce nom parce qu’il est… au nord …, je pose ma tente près de Olden après avoir été me balader dans les environs.

Beaucoup de balades sont accessibles de Olden et Loen, certaines permettant de marcher sur ou près du glacier (guide conseillé).

Oden

Olden

Neuvième jour

Je suis reparti avec un couple qui m’a pris assez rapidement en direction du Fjord le plus touristique de Norvège, le Geirangerfjorden.

Geirangerfjorden

Geirangerfjorden

J’ai plusieurs fois la possibilité de m’arrêter avec eux pour prendre des photos, et une fois arrivé dans la ville, je me rends à l’office du tourisme pour des conseils sur les balades dans les alentours.

Vu mon sac et le temps quelque peu pluvieux, elle me conseille une petite balade qui finit avec une magnifique vue sur le fjord … il faut que j’arrive avant que ça se couvre.

Je décide de cacher mon sac derrière un gros rocher histoire de faire la balade plus tranquillement et avec moins de risque de glisser

La balade débutant un peu à la sortie de la ville monte à travers les bois puis à travers un élevage de lamas et de chèvres avant d’atteindre le bord de la falaise donnant sur une vue plongeante du Fjord.

Geiranger

Geiranger

J’ai à peine le temps de revenir que la pluie se met à tomber et il me faut encore trouver un lift

L’autostop sous la pluie n’est pas toujours facile mais j’ai de la chance et je suis pris en moins de 10 minutes.

Gudbrandsjuvet

Gudbrandsjuvet

Après un arrêt imprévu à Gudbrandsjuvet, où un torrent a creusé la roche la transformant en mini canyon, je suis déposé au milieu de la montagne à un endroit très spécifique : la route « Trollstingen »

Trollstingen

Trollstingen

Autrement dit l’échelle du troll. Juste pour le nom je devais aller voir ça.

Un petit centre d’information se trouve en haut de la route et un escalier mène à deux plateformes donnant sur la route et sur la chute d’eau de Stigfossen

Info utile : La route comprend onze virages serrés sur un versant très raide, en raison de son dénivelé elle est fermée durant l’automne et le mois d’hiver.

DSCF3896

Dixième jour

Le lendemain je décide de descendre la route à pied, plusieurs raccourcis sont possible pour couper la route, à éviter quand il a plu.

Je me retrouve après un peu au milieu de rien, mon but étant de rejoindre la cote pour visiter Ålesund, il me faudra enchainer plusieurs lifts, ferry et petites villes pour arriver à ma destination.

Je retiens notamment mon dernier lift, un ancien autostoppeur persuadé que l’auto-stop a une signification métaphysique et qu’elle change un Homme, possédant la moitié d’une ile, Sekken, entre Vestnest et Molde, au milieu d’un fjord. Après tout pourquoi pas.

Alesund

Alesund

Ålesund est une ville portuaire très animée avec beaucoup de canaux à travers la ville. Je prends mon temps pour me balader en me perdant dans des culs de sacs plusieurs fois avant de rejoindre le centre d’informations où je me décide finalement à acheter mes billets pour aller visiter les Lofoten. Un aller en train de nuit, un retour en avion pour pas cher et hop, dans 3 jours je suis dans le cercle polaire.

Je continue de me balader dans la ville pendant un moment avant de prendre le bus jusque Molde.

Je fais du stop jusque Bud et je finis par marcher le long de la côte pour me poser pour la nuit.

plage Bud

Camping sauvage sur une plage

Onzième jour

atlantic road

atlantic road

De Bud, je marche quelques kilomètres afin de rejoindre la route principale qui longe l’océean Atlantique .. d’où son nom, la route Atlantic !

Info utile : La route Atlantic est une section de 8.3 kilomètres qui traverse plusieurs iles reliés par 8 ponts (le plus long faisant presque 300 mètres)

Dû aux vents particulièrement forts certains des ponts ont une courbure et une inclination forte afin que la route ne casse pas ce qui rend certains ponts particulièrement impressionnants et qui a fait de la route une attraction très touristique, du moins pour la Norvège.

Je fais la première partie de la route en bus je marche une partie, malheureusement la route n’est pas vraiment pensée pour les piétons, mais je profite de la vue sur la mer et les montagnes au loin jusqu’à atteindre une aire de repos où je reprends le stop.

Prochaine destination : Trondheim et train de nuit. mais avant 200 kilomètres à faire, il ne me faudra que deux lifts et un bus pour y arriver. Le stop, c’est la vie.

Trondheim

Trondheim

Il est encore tôt, et j’ai toute l’après-midi pour visiter la ville, même si je suis coupé plusieurs fois pas de grosses pluies, j’ai quand même le temps de profiter de la ville et de voir le soleil se coucher.

Le centre de Trondheim est particulièrement colorés, surtout sur le bord de la Nivelda, la rivière passant dans la ville, où se trouve les anciens entrepôts réaménagés en magasins, bars et habitations, je fais plusieurs fois des allers-retours dans le quartier afin de profiter des couleurs magnifiques des bâtiments, on peut aussi passer sur le vieux pont en bois Gamle Bybro datant de 1891.

Info pas utile : Trondheim possède le seul ascenseur à bicyclette au monde, nommé Trampe.

TrondheimTrampeHill.jpg

crédit : AlanFord from wikipedia

Après avoir tourné un peu je mange un bout et rejoins la gare pour attendre mon train de nuit en direction de Bodø

La première partie de mon carnet s’arrête ici, la deuxième partie parlera de ma traversée des iles Lofoten en auto-stop.

Quelques Chiffres 

Cela comprend tout le voyage y compris les Iles Lofoten.

Transports utilisés :
52 Voitures
12 Ferrys
7 Bus
3 Avions
1 Camion
Plus de 4000 kilomètres parcourus !

11 commentaires

  1. MamzelDree   •  

    Wahou ton trip devait être fabuleux ! Et tes photos sont vraiment très belles ! 🙂

  2. Lairco   •  

    Wahou cette première partie de carnet de voyage est géniale !
    Les photos laissent vraiment deviner des paysages calmes, sereins, et aux échelles démesurées ! (Je suis fan de la photo de la route « Trollstingen » elle me scotche !)(Et j’aime beaucoup les petites blagues disséminées aha). Hâte de lire la suite, et ça ravive vivement mes envies de Norvège tout ça 😀

  3. Loris   •  

    Salut !
    Alors voila je prend le départ pour Trolltunga en juin avec un pote a départ de la france également en auto stop.
    j’ai déjà fait pas mal d’achats pour le trip ( tente, réchaud, sac, chaussure,…etc … ). malgré tout, au vue de ton super voyage, et donc de ton expérience, aurais tu des équipements spécifique a me conseiller que j’aurais pu oublier ?
    Ou mème des conseils et remarques sur telle ou telle matériel.

    Super carnet de voyage en tout cas, cela nous seras utile !

    • Neslux   •     Auteur

      Malheureusement, je ne suis pas un expert en matos, j’ai beau avoir de l’expérience en autostop et en camping, je n’ai jamais eu assez de sous pour avoir du matos parfait
      Pour moi le plus important sont les chaussures, le sac de couchage et la tente
      Les quelques conseils que je peux donner (que tu connais déjà peut-être mais on ne sait jamais)
      – Avoir des chaussures de marche c’est le mieux, mais si elles sont nouvelles il faut les utiliser et les user avant de partir (pour habitué tes pieds et former les chaussures)
      – Savoir monter et démonter sa tente le plus vite possible dans un pays ou il pleut beaucoup est indispensable (surtout quand tu n’as pas d’autre abris comme une voiture)
      – Si des vétements, ou autres, prennent l’eau, bien les séparé du reste avec par exemple des sacs poubelles, pour pas que tout soit mouillé
      – Avoir de la corde et du gros scotch est toujours utile si une sangle se casse, ton sac se troue ou autre
      – Vérifier que le sac à dos possède une « capote » pour protéger de la pluie
      – Je me suis toujours demerdé pour avoir une carte du pays ou de la région ou je suis, même si avec les smartphones c’est pratique, une vrai carte est plus facile à lire n’importe quand

      Voilà, voilà, c’est les trucs les plus importants je pense, en gros connaitre son matériel, avoir ce qu’il faut pour pas prendre l’eau et réparer vite fait quelque chose de cassé

      Après il y a plein de gadget assez pratique dans les magasins de campings qui donnent envie, mais je me suis toujours limité au strict minimum, question de places, de poids et de sous 🙂

      Profitez bien, et n’hésite pas si tu as d’autres questions 🙂

  4. Charlotte   •  

    Salut!

    Je suis entrain de planifier un voyage dans le même le genre que le tien et je me demandais combien t’avait coûté ton voyage dans l’ensemble?

    Merci

    • Neslux   •     Auteur

      Salut Charlotte

      Ce trip m’avait coûté environ 800 Euro pour 20 jours, tickets d’avion et de train compris

  5. Toniooo   •  

    Bonjour! Top voyage, ca fait plaisir de voir d’autres belges aimer voyager! J’ai plusieurs questions: tu mangeais quoi? Et comment (feu? Nourriture biofilisé? Barre énergisante?)
    Pas trop complique de parler avec les norvégiens? Ou l’anglais est suffisant? As-tu une adresse mail ou un Facebook pour discuter plus facilement, c’est un rêve de gosse la Norvège pour moi, encore plus en stop ou à vélo 😉
    Merci

    • Neslux   •     Auteur

      Salut !

      Pour ce qui est de la bouffe, je ne suis pas très nourriture energisante. en général j’achetais des paquets de riz/pates que tu dois juste cuire dans l’eau, parfois quelques conserves pour manger le jour meme. J’avais toujours deux trois paquets de securité si je trouvais rien pour manger, mais à part ça, je faisais les courses vite fait tout les jours en passant dans les villages et j’avais mon rechaud avec moi pour cuire des trucs
      Et pour les en-cas, j’ai simplement un paquet de biscuit genre petit-beurre
      C’est probablement pas le plus optimisé ou le plus raffiné mais je ne suis pas une fine bouche et je suis nul en cuisine 😀

      Pour parler aux gens, franchement je m’attendais à pire, mais presque tout les gens que j’ai croisé et qui m’ont pris en autostop parlait un anglais correct.

      Si tu veux me contacter par mail, tu utiliser le formulaire de contact via la page de contact

  6. Erik   •  

    Bonjour Neslux,

    Merci pour ce compte rendu, super sympa et qui donne vraiment envie de s’y rendre!
    Je voyais tes réponses aux commentaires, notamment par rapport à l’équipement, je voulais juste savoir quelles températures tu as dû subir à peu près pour la nuit? Histoire de voir quel matériel il faut prévoir pour ne pas geler 😉

    Et question un peu terre à terre mais comment tu t’organisais pour les points d’eau (que ca soit pour remplir la gourde ou se laver)? Tu trouvais facilement?

    Merci en tout cas encore une fois pour ton article!

    • Neslux   •     Auteur

      Bonjour Erik !

      J’ai eu de la chance de partir en été, qui a été très chaud donc je n’ai pas eu froid d’eu tout la nuit (et je ne suis pas frileux)
      Mais en été normalement les températures ne baissent pas très bas (autour des 10 degrés)

      Pour les points d’eaux j’avais deux grandes bouteilles d’eau/gourdes que je remplissais dès que je pouvais dans des toilettes publiques/camping/bars, pour ce qui est de me laver, c’était principalement dans les toilettes publiques au lavabo, j’ai jamais eu de soucis à ce niveau là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *